Panorama des médias en ligne

Le CFI, agence française de coopération médias et opérateur du Ministère des Affaires étrangères et du Développement International, vient de rendre public une étude de référence menée entre juillet 2014 et janvier 2015 par Laurent Giacobino, un expert en développement des médias, qui tente de fournir une vue d’ensemble du paysage complexe, protéiforme et mouvant des médias en ligne dans le monde arabe.

L’étude se concentre sur huit pays arabes : l’Algérie, l’Égypte, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Palestine, la Syrie et bien entendu la Tunisie.

Des fiches pays ont même été produites afin de dresser une analyse au peigne fin et permettre de faire de comparatifs pays bien détaillés.

Méthodologie de recherche :

D’un point de vue méthodologique, chaque fiche pays est introduite par quatre indicateurs, révélateurs de l’environnement dans lequel les médias en ligne évoluent, à savoir :

  • Le taux de pénétration d’internet, selon les chiffres 2013 de l’Union Internationale des Télécommunications (ITU13)
  • Les revenus publicitaires en ligne par internaute et par an, pour l’année 2015, selon les projections du Arab Media Outlook14, croisées avec les statistiques d’ITU
  • Le classement 2015 de la liberté de la presse, établi par Reporters sans frontières
  • Le classement 2014 de la liberté du Net, établi par « Freedom House » !

Ces quatre indicateurs sont représentés graphiquement dans les quatre quartiers d’un « sonar », où la surface colorée est proportionnelle à la valeur absolue (pour le taux de pénétration d’internet) ou relative (pour les scores de la liberté de la presse et du Net, et pour les revenus publicitaires) sur l’échantillon des huit pays de l’indicateur.

Un tableau liste ensuite les cinq premiers sites d’information les plus visités du pays, selon le classement fourni par la plateforme Alexa17, avec comme informations l’URL du site, ses nombres de fans/followers et enfin sa typologie (pure player, site adossé à un média).

L’essentiel de l’écosystème des médias en ligne en Tunisie !

Pour la Tunisie, les principales conclusions de ce Panorma des médias en ligne du CFI sont les suivantes :

  • La liberté d’expression et l’ouverture du secteur de la presse sont considérés comme deux des principaux acquis de la Révolution, mais des inquiétudes persistent face aux cas de censure et aux technologies de surveillance toujours en place.
  • Le secteur des médias en ligne explose, avec environ 180 sites d’information actifs, dont de nombreuses webradios locales.
  • Le paysage des médias en ligne est néanmoins toujours dominé par des médias traditionnels (radios et quotidiens papier) lancés sous Ben Ali.
  • Facebook est utilisé par la quasi-totalité des internautes tunisiens (4,6 millions d’utilisateurs) et représente la porte d’entrée du Web pour la plupart d’entre eux.
  • Une partie du paysage des médias en ligne se développe au sein de Facebook, avec de nombreuses pages d’information très populaires.
  • Facebook et les pure players sont souvent le terrain d’une guerre d’information, nourrie de calomnies, d’insultes et de scoops non-vérifiés mais rapidement relayés pour faire le buzz.
  • Les revenus publicitaires en ligne sont très faibles et des pressions sont souvent exercées par les annonceurs sur le contenu éditorial, ce qui pousse les sites d’information à expérimenter des modèles économiques innovants.

Sonar Panorma medias en ligne - Tunisie

Le top 5 des médias en ligne en Tunisie :

Toujours selon cette étude, le palmarès des médias en ligne tunisiens donne le résultat suivant :

Classement des 5 premiers sites medias en ligne tunisie

Un classement qui ne fait pas apparemment l’unanimité en Tunisie, puisque d’autres sources donnent des classements différents que nous vous invitons à découvrir ici et ici.

L’arbre qui cache le forêt !

Pour conclure, si l’étude montre clairement un boom dans le paysage électronique des médias tunisiens, néanmoins, elle met au devant de la scène un certains nombre de dysfonctionnements, d’interrogations voire même de soupçons légitimes à plusieurs égards :

  • sources de financement et de rentabilité en absence de revenus publicitaires respectables
  • pratiques litigieuses aussi bien en rapport avec les sources de financement que les codes d’éthique professionnelle
  • dominance des médias traditionnels d’avant la révolution et risques d’instrumentalisation politique
  • rôle et poids des réseaux sociaux dans la notoriété de ces médias
  • capacité d’innovation et entrepreneuriale limitée dans ce secteur

Et bien d’autres réflexions à ce sujet…

Bref, des interrogations que les experts et les entrepreneurs dans les médias électroniques sont invités à apporter des précisions ou des droits de réponse !

Confrères des médias en ligne tunisiens ! A vos plumes !

Nader Yamoun

Auteur : Nader Yamoun

Expert en inbound marketing et Consultant en transformation digitale des Entreprises. Fondateur et Manager de l'agence Web Design, agence digitale web et mobile. Anime à Tunis la communauté Google Business Groups des professionnels du marketing en ligne. Gère un Blog professionnel pour aider les entreprises à faire le cap du digital, baptisé Mon Entreprise En Ligne - MEEL. Profil Twitter | Profil Google+