african digital summit 2015

Aujourd’hui, cap sur un pays frère culturellement et géographiquement proche de nous : le Maroc, qui disons-le clairement, a su tirer profit de l’instabilité politique, économique et sociale que connaît la Tunisie 5 années depuis la révolution (et c’est tant mieux pour lui).

Et pour cause, la tenue récemment d’un nouveau rendez-vous incontournable dans la sphère digitale, qui pour sa deuxième année de suite a clairement affiché ses ambitions : devenir L’ÉVÉNEMENT de référence pour les professionnels du marketing digital dans le continent africain, j’ai cité : African Digital Summit 2015.

Organisé par le Groupement des Annonceurs du Maroc (GAM), l’African Digital Summit (ADS) a réussi à réunir des annonceurs, des professionnels du digital, des médias et des agences de communication autour de la même table pour débattre de l’avenir digital de l’économie et des entreprises marocaines.

Durant deux jours (17-18 décembre 2015 à Casablanca), l’événement a pu rassembler près de 1000 participants venus de 15 pays apprendre, échanger et témoigner des dernières évolutions d’un marché qui se développe à deux chiffre pour dépasser la moyenne symbolique de 10% d’investissement dans les budgets marketing-communication des opérateurs économiques.

L’objectif de cette deuxième édition est de permettre à ces professionnels du secteur de découvrir les tendances du digital et d’anticiper sur les évolutions futures impactant leurs stratégies marketing, le développement de leurs marques et le fonctionnement de leurs entreprises en général.

Dans son allocution de bienvenue, M. Mounir Jazouli, en sa qualité de Président de la corporation professionnelle des Annonceurs marocains, a introduit ainsi son discours d’ouverture :

« La technologie rend notre métier, marketeurs et communicants, à la fois excitant, passionnant et difficile. Cette technologie nous offres les outils d’atteindre nos clients partout et à tout moment, de les engager et de leur proposer, au-delà de nos produits, du contenu à valeur ajoutée. Cette même technologie, qui nous offre des possibilités illimitées, nous impose des challenges pour la comprendre, maîtriser ses outils et suivre ses évolutions. »

Au menu, un programme riche en interventions d’imminents experts marocians et internationaux que je vous invite à découvrir sur le site web de l’événement : http://www.africandigitalsummit.com/, et en visionnant cet extrait vidéo :


Sans trop entrer dans le détail de cet événement -je vous invite à consulter les retombées presse en tapant simplement « African Digital Summit 2015″ dans Google actualités ou en suivant le hashtag #ADSGAM sur Twitter et Facebook-, tout laisse à penser que ce sommet a atteint ses objectifs stratégiques et qu’il est bien parti pour s’installer confortablement dans l’arène numérique comme étant le rendez-vous incontournable des acteurs du digital au Maroc, et bien au delà.

Baromètre 2016 de la transformation digitale des entreprises marocaines

logo digital trends morocco 2016Moment fort de l’African Digital Summit 2015, la présentation d’une étude inédite dévoilée le dernier jour en présence d’un parterre de décideurs politiques, de dirigeants de grandes et moyennes entreprises et de professionnels portant sur les tendances du digital au Maroc à l’aube de 2016 : Digital Trends Morocco 2016.

Pour cela, le Groupement des Annonceurs du Maroc (GAM) a sélectionné le cabinet international Kurt Salmon pour l’accompagner dans la réalisation de cette étude dont l’objectif est de faire un état des lieux et d’identifier les grandes tendances des pratiques digitales des annonceurs, leurs besoins en information et outils, leurs modes d’organisation ainsi que le niveau d’implémentation du digital au sein des entreprises marocaines, tous secteurs confondus.

Disponible en téléchargement sur ce lien http://www.africandigitalsummit.com/digital-trends-morocco-2016/, il en ressort pour l’essentiel que :

  • 74% des annonceurs ont une stratégie digitale déclinée dans 90% des cas de la stratégie Marketing et Communication. Cela démontre la prise de conscience croissante de l’importance de l’intégration du digital dans la réflexion stratégique ;
  • 39% des annonceurs comptent recruter en 2016 des ressources dédiées au digital et il s’agit de PME dans la moitié des cas ;
  • Le Français reste la langue la plus utilisée par les annonceurs dans le digital avec une évolution de l’Anglais. L’Arabe se maintient à la deuxième position malgré sa dominance dans le contenu consulté par les internautes marocains ;
  • Plus de la moitié des annonceurs accordent moins de 10% de leur budget annuel au Digital et 84% comptent augmenter ce budget en 2016 ;
  • Le budget global dédié au digital au Maroc avoisine les 400 MDHS.

Et bien d’autres indicateurs que vous pouvez retrouver dans le Slideshare :

Ce qu’il faudra retenir de l’étude « Digital Trends Morocco 2016″

La transformation digitale des entreprises marocaines est en marche, accélérée par l’engagement infaillible des corporations professionnelles et par le climat d’affaires propice que connaît ce pays ami depuis ces dernières années.

Reconnaissant ainsi l’importance et la nécessité de fournir aux decision-makers en général et aux professionnels du marketing en particulier des indicateurs à la fois quantitatives et qualitatives sur l’état de santé de ce segment d’avenir, mais surtout des outils pour les aider à prendre les bonnes décisions juste à temps, facilitant ainsi la mise en œuvre de dynamiques de transformation digitale, le GAM a montré l’exemple du véritable rôle d’une vraie corporation professionnelle qui défend l’intérêt de la profession et des professionnels qu’elle représente…

Et pour faire l’analogie avec la situation ici en Tunisie, qui manque cruellement d’initiatives et surtout d’études similaires, rien à voir avec nos structures patronales représentatives en Tunisie, qui se sont transformées du jour au lendemain en messagers de la paix, et qui prétendent faire du lobbying sans pour autant le faire correctement ou du moins éthiquement (Lire le billet relatif à l’instauration du Conseil Stratégique de l’Economie Numérique ou encore la lettre ouverte d’un activiste adressée au ministre Noomane Fehri à ce sujet) !!!

Il devient clair et limpide aujourd’hui que la transformation digitale de la Tunisie n’aura pas lieu véritablement que sauf si nous arrivons à rompre avec les anciens systèmes, méthodes (rente, copinage, corruption, lobbying, affinités partisanes et j’en passe) et surtout figures “emblématiques” qui, à force de vouloir préserver leurs intérêts restreints d’accaparer la plus gosse part d’un gâteau appelé “Tunisie Digitale 2018”, sont en train de poser des freins à toute tentative de changement réel et donc de transformation y compris celle du modèle de développement économique !

Je n’invente rien, vous n’avez qu’à vérifier ces dires dans le rapport de référence de la Banque Mondiale sur la révolution inachevée de la Tunisie ou encore celui plus récent de PwC qui stipule que les économies d’Afrique du Nord n’ont pas fini leur Révolution.

Voir également mon billet sur le sujet : eTransform Tunisia : Décrypter le profil et les compétences d’un eTransformer.

Bref, revenons à nos amis marocains ! Dernière chose à rappeler sur la rigueur et la pérennité de la démarche du GAM, cette étude de référence pour l’ensemble des acteurs du marketing digital au Maroc sera reconduite pour les 3 années à venir, histoire de la transcrire dans la continuité afin d’avoir un arrêt sur image fidèle à la situation.

mounir jazouli gam

Big up au GAM en la personne de son jeune et dynamique président M. Jazouli, en espérant prendre part à la prochaine édition programmée pour décembre 2016.

Pour nous la révolution continue… « Revolution 2.0 is loading » !

Nader Yamoun

Auteur : Nader Yamoun

Expert en inbound marketing et Consultant en transformation digitale des Entreprises. Fondateur et Manager de l'agence Web Design, agence digitale web et mobile. Anime à Tunis la communauté Google Business Groups des professionnels du marketing en ligne. Gère un Blog professionnel pour aider les entreprises à faire le cap du digital, baptisé Mon Entreprise En Ligne - MEEL. Profil Twitter | Profil Google+